Frais de port offerts à partir de 29€ d'achat en France métropolitaine ! // Profitez de -10% sur notre site avec le code HAPPYRENTREE (hors livres)

Les bienfaits du romarin

tisane au romarin

Le romarin, plante star de la Méditerranée et de la cuisine provençale, n’est pas qu’un simple aromate. Il recèle de nombreuses propriétés pour la santé. Antioxydant, tonifiant, il est également réputé pour protéger le foie. Nous vous proposons de partir à sa découverte et de voir plus précisément les bienfaits du romarin. Il paraît même que des recettes vous attendent à la fin de l’article… 😉

Description botanique du romarin (Salvia rosmarinus)

Depuis 2017, le Romarin a changé de nom botanique : Rosmarinus officinalis est devenu Salvia rosmarinus. Le Romarin appartient donc au genre des Sauges (Salvia). Il est également connu sous le nom de rose de mer, rose de Marie, herbe aux troubadours, herbe aux couronnes, encensier, etc. D’un point de vue étymologique, le terme “romarin” viendrait du latin “ros marinus” voulant dire rosée de mer et du grec “rhops myrinos” qui signifie buisson aromatique.

Le romarin, une plante de la famille des Lamiacées

Le romarin est originaire du bassin méditerranéen. C’est un arbrisseau ligneux, touffu et persistant. On le trouve à l’état sauvage dans les rocailles, sur les terrains calcaires des collines se situant à faible altitude et des garrigues. Il peut atteindre 2 mètres de hauteur. Ses feuilles, de couleur vert foncé, sont petites, sessiles, opposées et coriaces. Elles sont beaucoup plus longues que larges et ressemblent à des aiguilles et leurs bords sont repliés en dessous.

Les fleurs du romarin se présentent en grappes, comme des épis. Leur couleur oscille entre bleu pâle et violet. Le fruit du romarin est un tétrakène brun. L’odeur du romarin est très prononcée, très aromatique, camphrée. Sa saveur est également très aromatique, chaude, amère, piquante. D’ailleurs, nous vous conseillons de ne pas le laisser infuser trop longtemps (5 à 7 min à couvert) pour éviter le développement de l’amertume.

En infusion, ce sont les feuilles de romarin qui sont utilisées. Vous pouvez les récolter une première fois à la fin du printemps, en mai-juin et une deuxième fois en août. Pour obtenir la concentration maximale en huile essentielle, Amaya vous conseille de récolter à la mi-journée, par temps chaud et sec, les 10 cm supérieurs des rameaux.

Un peu d’histoire…

Selon une légende, Marie, après avoir déposé sa cape sur un buisson de romarin situé devant l’étable, aurait vu ses fleurs devenir bleues. C’est pour cette raison qu’il est de tradition pour les jeunes mariés de porter quelque chose de bleu le jour de leur mariage. Cela doit leur apporter fidélité, confiance et fertilité.

Le romarin était utilisé par les Egyptiens pour parfumer les tombes ainsi qu’à l’occasion de rituels religieux. Ils l’employaient également en médecine, tout comme les Romains et les Grecs. Ces derniers le considéraient comme un symbole d’amour. C’est pourquoi ils le tressaient pour réaliser une couronne destinée aux mariés. Les étudiants la portaient également, dans le but de renforcer leur capacité de mémorisation pendant les examens.

Plus tard, au Moyen-Âge, le romarin aidait à chasser les démons pendant les séances d’exorcisme. Ses propriétés tonifiantes étaient reconnues notamment pour les soins de la peau.

Par ailleurs, le romarin est l’ingrédient principal de “l’Eau de la reine de Hongrie”. Cet alcoolat aurait, au XIV ème siècle, permis à la reine Elisabeth de Hongrie, alors septuagénaire et avec de nombreux rhumatismes et pouvant tout juste marcher, de retrouver la santé et la jeunesse, de manière miraculeuse. La petite histoire raconte même  qu’elle reçut ensuite une demande en mariage de la part du roi de Pologne, de 40 ans son cadet.

Les propriétés du romarin

L’EMA reconnaît les propriétés du romarin pour soulager la dyspepsie ainsi que les troubles spasmodiques légers du tractus gastro-intestinal. De plus, elle met en avant les bienfaits du romarin comme traitement adjuvant des douleurs musculaires et articulaires mineures, ainsi que des troubles circulatoires périphériques mineurs (1).

Par ailleurs, ses propriétés digestives, hépatiques, détoxiquantes, antispasmodiques, stimulantes, désinfectantes,  anti-inflammatoires, antioxydantes, antimicrobiennes, anti tumorales et protectrices ont été mises en avant dans diverses recherches (2). Voyons tout cela d’un peu plus près.

Les bienfaits du romarin pour le foie

Le romarin est une plante protectrice du foie reconnue. Une étude a d’ailleurs mis en avant son implication dans la réduction de la formation de stéatose hépatique chez la souris ayant suivi un régime riche en graisses, grâce à la présence d’acide carnosique (3). D’autres recherches mettent en avant cette action hépatoprotectrice, notamment chez la souris diabétique (4) et atteinte d’une cirrhose du foie (5).

Si les bienfaits du romarin pour le foie sont indéniables, notamment sous forme de tisane, il n’est néanmoins pas aussi efficace que le desmodium ou le chardon-marie.

Par ailleurs, le romarin permet une détoxication hépatique (grâce à la présence d’acide carnosique et de carnosol) (6). C’est pour cela qu’elle est largement indiquée en cas de detox.

Les propriétés digestives du romarin

Le romarin est une plante amère qui permet de tonifier la digestion au niveau des sécrétions gastriques, pancréatiques et biliaires. Par ailleurs, une étude a montré son activité antiulcéreuse chez des rats, in vivo. (7)

Des vertus antioxydantes

Le romarin possède une forte action antioxydante. Il permet notamment d’agir en prévention contre le stress oxydatif et le vieillissement cellulaire. Il est notamment utilisé par les industriels de l’agroalimentaire, car il réduit le rancissement des lipides, pour assurer une stabilité aux plats préparés.

Il faut savoir que nos cellules sont majoritairement composées de lipides. Seulement, elles sont détruites de façon prématurée à cause du stress oxydatif dû à notre mode de vie occidental. Cela provoque un vieillissement , contre lequel le romarin assure une protection, grâce à l’acide rosmarinique (8).

Une protection anti-inflammatoire

Parmi les nombreux bienfaits du romarin, nous pouvons également citer son action anti-inflammatoire (9, 10). En effet, il protège les cellules tout en réduisant l’inflammation. Par ailleurs, une étude menée auprès de souris a mis en avant que les composés volatiles du romarin ont permis d’apporter un soulagement sur l’inflammation au niveau des poumons des souris en lien avec des particules émises par le pot d’échappement d’un moteur diesel (11).

Les bienfaits du romarin sur le plan immunitaire et anti-infectieux

Le romarin a des propriétés antibactériennes et antifongiques (12) puissantes. En effet, l’huile essentielle de romarin est efficace contre toutes les souches cliniques d’Escherichia coli (13) et diminue leur résistance aux antibiotiques  ainsi que de Candida albicans aux antifongiques (14).

Des propriétés cardiovasculaires

Les bienfaits du romarin sont décidément très larges ! En effet, il possède également une action antidiabétique (diabète de type 1) (15) (16) et est utile pour traiter le syndrome métabolique (17).

L’action du romarin sur le cancer

Des recherches ont mis en avant les bienfaits du romarin sur le cancer et notamment sa capacité d’inhiber le cancer de la prostate (18), des ovaires (19), du côlon (20), du mélanome (21)

Les autres bienfaits du romarin

Les bienfaits du romarin concernent également les symptômes des allergies saisonnières (22). Par ailleurs, cette plante de la famille des Lamiacées a des propriétés diurétiques (23). De plus, nous pouvons citer l’effet protecteur du romarin sur les reins (24). Enfin, le romarin a une action neuroprotectrice, présentant ainsi un espoir dans la maladie de Parkinson (25). L’inhalation de son huile essentielle influe sur les capacités de mémorisation (26) et l’humeur (27). L’extrait de feuille de romarin permet une amélioration en cas de troubles de la mémoire (28).

Les précautions autour du romarin

Le romarin est déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants de moins de 12 ans en raison du manque de données suffisantes. Nous pouvons ceci étant citer que l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) n’a pas fait de mise en garde au sujet des compléments alimentaires à base de romarin. Par ailleurs, aucune interaction médicamenteuse avec le romarin n’est connue à ce jour.

Recettes

Pour terminer cet article, nous vous proposons des recettes pour vous permettre de découvrir le romarin de manière concrète.

Marinade au romarin

Les marinades sont délicieuses et nous adorons les savourer surtout l’été, au barbecue. Seulement, ce mode de cuisson peut être nocive pour la santé. En effet, lorsqu’on fait trop cuire les aliments, des substances toxiques se développent. Il ne faut pas se priver pour autant du plaisir d’un bon barbecue en famille ou entre amis. Et nous avons même une petite astuces pour vous 😉

Nous pouvons observer des noirceurs sur les aliments que nous cuisons au barbecue. Ce sont en réalité des aminés hétérocycliques (HCA) qui sont très cancérigènes. La bonne nouvelle ? Le romarin permet de neutraliser ces composés toxiques grâce à ses antioxydants (carnosol, acide carnosique et acide rosmarinique) à hauteur de 80%. (x)

Réalisez votre marinade avec de l’huile d’olive, du romarin et du sel de Guérande. Faites mariner de la viande ou des légumes plusieurs heures puis régalez-vous !

Infusion spéciale tonus

Amaya vous propose de nombreuses recettes de tisanes dans son ouvrage Green Infusions. En voici une parmi elles, riche en saveurs et aux propriétés toniques.

Infusion spéciale tonus

Type de plat Boissons

Ingrédients
  

Ingrédients (pour 2 tasses) :

Instructions
 

  • Mélangez les plantes et faites chauffer l’eau à 90°C. Si les feuilles de ronce sont entières, réalisez une coupe rapide et grossière de celles-ci afin de libérer toutes les saveurs juste avant l’infusion.
  • Déposez les plantes dans l’eau chaude et laissez infuser 10 min à couvert.
Vous avez essayé cette recette ?Mentionnez @happyplantes et le hashtag #happyplantes sur Instagram !

Vous connaissez maintenant les bienfaits du romarin et savez comment l’utiliser en infusion et en cuisine. Il s’agit d’une plante incontournable à avoir à la maison pour prendre soin de soi de manière naturelle. Ses propriétés sur le foie et l’ensemble de la sphère digestive ainsi que son action antioxydante et anti-inflammatoire sont reconnues et ont été mises en avant dans plusieurs études. Vous pouvez commencer chacune de vos journées par une infusion de romarin, qui vous apportera de la tonicité pour votre journée ! Veillez seulement à utiliser une faible dose (½ cuillère à café pour une tasse). Il remplacera avantageusement le café si vous souhaitez arrêter d’en boire.

Références

  1. https://www.ema.europa.eu/en/documents/herbal-report/assessment-report-rosmarinus-officinalis-l-aetheroleum-rosmarinus-officinalis-l-folium_en.pdf
  2. de Oliveira JR, Camargo SEA, de Oliveira LD. Rosmarinus officinalis L. (rosemary) as therapeutic and prophylactic agent. J Biomed Sci. 2019 Jan 9;26(1):5. doi: 10.1186/s12929-019-0499-8. PMID: 30621719; PMCID: PMC6325740.
  3. Park MY, Mun ST. Dietary carnosic acid suppresses hepatic steatosis formation via regulation of hepatic fatty acid metabolism in high-fat diet-fed mice. Nutr Res Pract. 2013 Aug;7(4):294-301.
  4. Ramadan KS, Khalil OA, Danial EN, Alnahdi HS, Ayaz NO. Hypoglycemic and hepatoprotective activity of Rosmarinus officinalis extract in diabetic rats. J Physiol Biochem. 2013 Dec;69(4):779-83. doi: 10.1007/s13105-013-0253-8. Epub 2013 Apr 28. PMID: 23625639.
  5. Gutiérrez R, Alvarado JL, Presno M, Pérez-Veyna O, Serrano CJ, Yahuaca P. Oxidative stress modulation by Rosmarinus officinalis in CCl4-induced liver cirrhosis. Phytother Res. 2010 Apr;24(4):595-601. doi: 10.1002/ptr.2997. PMID: 19827016.
  6. Debersac P, Vernevaut MF, Amiot MJ, Suschetet M, Siess MH. Effects of a water-soluble extract of rosemary and its purified component rosmarinic acid on xenobiotic-metabolizing enzymes in rat liver. Food Chem Toxicol. 2001 Feb;39(2):109-17. doi: 10.1016/s0278-6915(00)00117-4. PMID: 11267703.
  7. Dias PC, Foglio MA, Possenti A, de Carvalho JE. Antiulcerogenic activity of crude hydroalcoholic extract of Rosmarinus officinalis L. J Ethnopharmacol. 2000 Jan;69(1):57-62. doi: 10.1016/s0378-8741(99)00133-6. PMID: 10661884.
  8. Fadel O, El Kirat K, Morandat S. The natural antioxidant rosmarinic acid spontaneously penetrates membranes to inhibit lipid peroxidation in situ. Biochim Biophys Acta. 2011 Dec;1808(12):2973-80. doi: 10.1016/j.bbamem.2011.08.011. Epub 2011 Aug 12. PMID: 21864504.
  9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3282718/ 
  10. Rocha J, Eduardo-Figueira M, Barateiro A, Fernandes A, Brites D, Bronze R, Duarte CM, Serra AT, Pinto R, Freitas M, Fernandes E, Silva-Lima B, Mota-Filipe H, Sepodes B. Anti-inflammatory effect of rosmarinic acid and an extract of Rosmarinus officinalis in rat models of local and systemic inflammation. Basic Clin Pharmacol Toxicol. 2015 May;116(5):398-413. doi: 10.1111/bcpt.12335. Epub 2014 Nov 6. PMID: 25287116.
  11. Inoue K, Takano H, Shiga A, Fujita Y, Makino H, Yanagisawa R, Kato Y, Yoshikawa T. Effects of volatile constituents of rosemary extract on lung inflammation induced by diesel exhaust particles. Basic Clin Pharmacol Toxicol. 2006 Jul;99(1):52-7. doi: 10.1111/j.1742-7843.2006.pto_401.x. PMID: 16867171.
  12. Centeno S, Calvo MA, Adelantado C, Figueroa S. Antifungal activity of extracts of Rosmarinus officinalis and Thymus vulgaris against Aspergillus flavus and A. ochraceus. Pak J Biol Sci. 2010 May 1;13(9):452-5. doi: 10.3923/pjbs.2010.452.455. PMID: 20973400.
  13. Sienkiewicz M, Łysakowska M, Pastuszka M, Bienias W, Kowalczyk E. The potential of use basil and rosemary essential oils as effective antibacterial agents. Molecules. 2013 Aug 5;18(8):9334-51. doi: 10.3390/molecules18089334. PMID: 23921795; PMCID: PMC6270641.
  14. Luqman S, Dwivedi GR, Darokar MP, Kalra A, Khanuja SP. Potential of rosemary oil to be used in drug-resistant infections. Altern Ther Health Med. 2007 Sep-Oct;13(5):54-9. PMID: 17900043.
  15. Kim HY, Kim K. Protein glycation inhibitory and antioxidative activities of some plant extracts in vitro. J Agric Food Chem. 2003 Mar 12;51(6):1586-91. doi: 10.1021/jf020850t. PMID: 12617589.
  16. Balderas C, Villaseñor A, García A, Rupérez FJ, Ibañez E, Señorans J, Guerrero-Fernández J, González-Casado I, Gracia-Bouthelier R, Barbas C. Metabolomic approach to the nutraceutical effect of rosemary extract plus Ω-3 PUFAs in diabetic children with capillary electrophoresis. J Pharm Biomed Anal. 2010 Dec 15;53(5):1298-304. doi: 10.1016/j.jpba.2010.07.034. Epub 2010 Jul 30. PMID: 20719450.
  17. Hassani FV, Shirani K, Hosseinzadeh H. Rosemary (Rosmarinus officinalis) as a potential therapeutic plant in metabolic syndrome: a review. Naunyn Schmiedebergs Arch Pharmacol. 2016 Sep;389(9):931-49. doi: 10.1007/s00210-016-1256-0. Epub 2016 May 13. PMID: 27178264.
  18. Petiwala SM, Puthenveetil AG, Johnson JJ. Polyphenols from the Mediterranean herb rosemary (Rosmarinus officinalis) for prostate cancer. Front Pharmacol. 2013 Mar 25;4:29. doi: 10.3389/fphar.2013.00029. PMID: 23531917; PMCID: PMC3607075.
  19. Tai J, Cheung S, Wu M, Hasman D. Antiproliferation effect of Rosemary (Rosmarinus officinalis) on human ovarian cancer cells in vitro. Phytomedicine. 2012 Mar 15;19(5):436-43. doi: 10.1016/j.phymed.2011.12.012. Epub 2012 Feb 9. PMID: 22325591.
  20. Barni MV, Carlini MJ, Cafferata EG, Puricelli L, Moreno S. Carnosic acid inhibits the proliferation and migration capacity of human colorectal cancer cells. Oncol Rep. 2012 Apr;27(4):1041-8. doi: 10.3892/or.2012.1630. Epub 2012 Jan 11. PMID: 22246562; PMCID: PMC3583532.
  21. Russo A, Lombardo L, Troncoso N, Garbarino J, Cardile V. Rosmarinus officinalis extract inhibits human melanoma cell growth. Nat Prod Commun. 2009 Dec;4(12):1707-10. PMID: 20120112.
  22. Osakabe N, Takano H, Sanbongi C, Yasuda A, Yanagisawa R, Inoue K, Yoshikawa T. Anti-inflammatory and anti-allergic effect of rosmarinic acid (RA); inhibition of seasonal allergic rhinoconjunctivitis (SAR) and its mechanism. Biofactors. 2004;21(1-4):127-31. doi: 10.1002/biof.552210125. PMID: 15630183.
  23. Haloui M, Louedec L, Michel JB, Lyoussi B. Experimental diuretic effects of Rosmarinus officinalis and Centaurium erythraea. J Ethnopharmacol. 2000 Aug;71(3):465-72. doi: 10.1016/s0378-8741(00)00184-7. PMID: 10940584.
  24. Hamed H, Boulila S, Ghrab F, Kallel R, Boudawara T, El Feki A. The preventive effect of aqueous extract of Rosemary (Rosmarinus officinalis) leaves against the nephrotoxicity of carbon tetrachloride in mice. Arch Physiol Biochem. 2020 Jul;126(3):201-208. doi: 10.1080/13813455.2018.1508236. Epub 2018 Nov 30. PMID: 30501137.
  25. Kim SJ, Kim JS, Cho HS, Lee HJ, Kim SY, Kim S, Lee SY, Chun HS. Carnosol, a component of rosemary (Rosmarinus officinalis L.) protects nigral dopaminergic neuronal cells. Neuroreport. 2006 Nov 6;17(16):1729-33. doi: 10.1097/01.wnr.0000239951.14954.10. PMID: 17047462.
  26. Moss M, Oliver L. Plasma 1,8-cineole correlates with cognitive performance following exposure to rosemary essential oil aroma. Ther Adv Psychopharmacol. 2012 Jun;2(3):103-13. doi: 10.1177/2045125312436573. PMID: 23983963; PMCID: PMC3736918.
  27. Moss M, Cook J, Wesnes K, Duckett P. Aromas of rosemary and lavender essential oils differentially affect cognition and mood in healthy adults. Int J Neurosci. 2003 Jan;113(1):15-38. doi: 10.1080/00207450390161903. PMID: 12690999.
  28. Machado DG, Neis VB, Balen GO, Colla A, Cunha MP, Dalmarco JB, Pizzolatti MG, Prediger RD, Rodrigues AL. Antidepressant-like effect of ursolic acid isolated from Rosmarinus officinalis L. in mice: evidence for the involvement of the dopaminergic system. Pharmacol Biochem Behav. 2012 Dec;103(2):204-11. doi: 10.1016/j.pbb.2012.08.016. Epub 2012 Aug 25. PMID: 22940588.

(x) To Block The Carcinogens, Add A Touch Of Rosemary When Grilling Meats

(xx) Puangsombat K, Smith JS. Inhibition of heterocyclic amine formation in beef patties by ethanolic extracts of rosemary. J Food Sci. 2010 Mar;75(2):T40-7. doi: 10.1111/j.1750-3841.2009.01491.x. PMID: 20492265.

Share this post

Laisser un commentaire

Happy Plantes