Comment sécher des plantes ?

sécher ses plantes

Comment sécher des plantes ? Vous vous demandez comment faire et craignez que cette activité soit trop compliquée ? Rassurez-vous, s’initier à la cueillette et au séchage de plantes est une activité ludique et facile à réaliser en famille ! Vous pourrez ainsi profiter de vos plantes préférées tout au long de l’année. Happy Plantes vous dévoile quelques secrets pour un séchage réussi pas à pas !

Pourquoi faire sécher ses plantes sauvages ?

À l’issue de votre cueillette, vous pouvez utiliser vos plantes sous forme fraîche, notamment si vous souhaitez profiter de leurs bienfaits en infusion. Vous obtiendrez ainsi davantage de saveurs et de principes actifs.

 

Seulement, les plantes fraîches ne se conservent que quelques heures, voire quelques jours pour les racines, les écorces et les fruits. Il y a même des plantes qui ne se consomment pas sous forme fraîche, comme l’aspérule odorante qui est toxique et doit être séchée, pour permettre d’évacuer les coumarines qu’elle contient. 

 

En séchant vos plantes, vous pourrez ainsi en profiter tout au long de l’année. Imaginez le bonheur de pouvoir déguster une bonne infusion pendant la période hivernale avec les plantes que vous aurez cueillies pendant l’été ! Leurs propriétés médicinales, olfactives, gustatives et visuelles seront conservées.

cultiver son potager

Comment réussir un bon séchage de plantes ?

Faire sécher ses plantes est très facile ! Vous ne l’avez jamais réalisé ? Suivez nos conseils ! Avant toute chose, sachez qu’il est important de respecter le processus du séchage afin d’assurer la bonne qualité de vos plantes, tant en termes de goût que de propriétés, de couleur et de bonne conservation.

A noter que le type de séchage conseillé n’est pas tout le temps le même en fonction des plantes et des parties récoltées (feuilles, fleurs, racines, fruits, etc.). Le temps de séchage varie également. En effet, il peut passer du simple au double !

Les étapes préliminaires au séchage des plantes sauvages

Avant de procéder au séchage en lui-même, vous pouvez nettoyer légèrement vos plantes si besoin. Nous vous conseillons de ne pas passer vos plantes sous l’eau du robinet. En effet, elles seraient saturées en eau et le séchage serait ainsi plus périlleux. Vous pouvez vous munir d’un chiffon humide par exemple et le passer délicatement sur les feuilles si besoin. Cela permettra d’enlever les traces de terre restant sur vos plantes.

 

Profitez-en pour bien observer vos plantes et enlever les parties étrangères, de la paille ou autre. Étalez-les bien pour enlever les éléments indésirables.

 

Si vous avez cueilli des racines, nettoyez-les à sec ou laissez-les tremper dans l’eau pour enlever la terre puis brossez-les et épongez-les bien avant de les mettre à sécher. Coupez-les ensuite en morceaux, comme les écorces. Mettez les sommités fleuries telles quelles, enlevez les tiges des fleurs. Concernant les fleurs, vous pouvez mettre à sécher seulement les pétales ou tout le cœur, comme la pâquerette, la mauve ou la camomille. 

 

Ces étapes doivent être menées rapidement après la cueillette. Retenez bien que vous ne devez pas les laisser au soleil, pour ne pas altérer les principes actifs.

Les 4 règles d’or d’un bon séchage de plantes médicinales

Les règles générales pour un bon séchage sont les suivantes :

  1. Veillez à conserver une température chaude, comprise entre 30 et 40ºC, et surtout le plus stable possible. Nous vous conseillons de ne pas dépasser les 40°C même si vous pensez aller plus vite. Au contraire, les principes actifs seront altérés et vous perdrez ainsi les propriétés médicinales et gustatives ;
  2. Maintenir un taux d’humidité minimal ;
  3. Eviter l’exposition directe au soleil ;
  4. Assurer une bonne ventilation.

Si vous respectez ces principes, vous pourrez aisément conserver vos plantes pendant un an, avec des principes actifs et des saveurs presque intactes !

Les différents types de séchages de plantes sauvages

Pour des quantités que l’on peut qualifier de domestiques, c’est-à-dire pour votre usage personnel, vous pouvez choisir parmi deux techniques : le séchage naturel ou le séchage artificiel.

Le séchage artificiel

Ce type de séchage est réalisé à l’aide d’un déshydrateur alimentaire. Cet appareil électrique chauffe jusqu’à 40°C maximum et fait circuler l’air dans une cage munie de plateaux. L’eau présente dans les plantes va ainsi s’évaporer sous l’action de la chaleur et elles vont sécher petit à petit. De la même manière, il est possible de faire sécher des fruits, des légumes, etc. Cela permet de conserver intactes toutes les propriétés de ces aliments, qui ne perdent pas leurs vitamines et minéraux.

Le séchage naturel : construisez votre propre séchoir !

Vous n’aimez pas le principe du déshydrateur ? Il est selon vous trop peu économique et écologique ? Vous pouvez alors construire votre propre séchoir à claies si vous êtes bricoleur. L’idée est de disposer plusieurs claies les unes au-dessus des autres, à environ 15 cm d’écart. Veillez bien à maintenir un taux d’humidité bas dans la pièce ainsi qu’une température proche de 30°C. Vous ne savez pas trop où faire sécher vos plantes ? Si vous avez un grenier, il peut être idéal, seulement si la charpente n’a pas été traitée avec des produits toxiques. Vous trouverez sur internet ou dans le livre d’Amaya, Green infusions, des indications pour construire votre propre séchoir, pas à pas.

Le séchage en bouquets

sécher ses plantes

Autre technique de séchage naturel : les bouquets.

Le séchage naturel est le processus le plus économe et écologique. Il existe plusieurs techniques pour le réussir avec brio.

Parmi les techniques les plus simples (et les plus jolies !), vous pouvez tout simplement suspendre les plantes cueillies en petits bouquets, la tête en bas. Voici quelques règles de base à respecter :  

  1. Réalisez des bouquets d’une même plante, petits pour faciliter le séchage et éliminer les risques de contamination ou de moisissure. Si les bouquets sont trop gros, le temps de séchage sera beaucoup plus long. De plus, le lieu choisi doit être à une bonne température afin d’éviter les risques de contamination ou de moisissure ;
  2. Utilisez une ficelle à la base du bouquet pour le maintenir. Serrez-le juste ce qu’il faut pour que le bouquet reste entier et puisse respirer ;
  3. Laissez des espaces suffisants entre chaque bouquet afin que tout soit bien aéré et que les plantes puissent sécher rapidement et de façon homogène ;
  4. Dès que les plantes sont entièrement sèches, décrochez tous les bouquets. Attention, c’est souvent là, le piège de cette méthode. On oublie les bouquets suspendus et c’est comme cela qu’on se retrouve avec des plantes qui ont pris la poussière et qui sont beaucoup trop sèches.

 

De nombreuses autres techniques ont fait leurs preuves : paniers, tamis, claie … autant de processus efficaces et ludiques ! Les paniers comme les tamis doivent assurer une bonne circulation de l’air dans le fond. Disposez-les entre deux chaises par exemple. Pensez également au taux d’humidité de la pièce, à l’ensoleillement, à la température ainsi qu’à la ventilation. Il s’agit de la méthode la plus simple (si l’on reste sur des petites quantités et un séchage occasionnel) et la plus efficace !

Exemple de séchage sur tamis

Retrouvez notre article complet et tous nos conseils dans le livre Green Infusions écrit par Amaya Calvo Valderrama.

Quelles plantes sauvages peut-on faire sécher ?

Vous pouvez faire sécher de nombreuses plantes sauvages :

Comment conserver ses plantes une fois séchées ?

Vous avez réussi le séchage de vos plantes avec brio, félicitations ! Pour les conserver au mieux par la suite, nous vous conseillons de les ranger à l’abri de la lumière et de l’humidité. Pourquoi ne pas opter pour de jolies boîtes en bois, ou des pots légèrement teintés. Évitez les contenants transparents, du fait de la sensibilité des plantes à la lumière. Il ne vous restera plus qu’à les déguster tout au long de l’année. Prenez une pince de plantes pour une tasse et faites-les infuser dans une eau à 85°C pendant environ 7 min pour les feuilles. 

 

Vous savez maintenant comment sécher des plantes ! Cela vous semble plus abordable et vous avez hâte d’essayer ? Il ne vous reste plus qu’à cueillir vos plantes sauvages si ce n’est pas déjà fait. Vous passerez de très bons moments et aurez la satisfaction d’utiliser vos plantes et pourrez dire “c’est moi qui l’ai fait” ou presque ! 🙂 Nous vous souhaitons une très belle cueillette, un bon séchage et d’excellentes dégustations !

N’hésitez pas à nous partager vos astuces et tisanes favorites en commentaires sous cet article ou sur les réseaux sociaux.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Alexandra pour Happy Plantes

Happy Plantes